© 2019 Jamil Gaspar

« Tout ce que nous faisons au sein

de la Technique est exactement

ce qui se fait dans la nature

où les conditions sont bonnes,

la différence étant que

nous apprenons à le faire

consciemment. »

 

F.M. Alexander

Frederick Matthias Alexander (1869-1955)

F.M. Alexander était un comédien australien spécialisé dans le répertoire shakespearien. Victime d’aphonies qui l’empêchaient de jouer, il entama une patiente recherche basée sur l’observation de lui-même. Il découvrit que ses problèmes de voix ne venaient pas uniquement de ses cordes vocales, et comprit que la façon d’utiliser son corps et sa pensée (« l’usage de soi ») pouvait contribuer à la santé ou nuire à celle-ci.

Selon lui, nombreux sont ceux qui  ont de mauvaises habitudes de posture et de respiration ; lorsqu’une crispation n’est pas rapidement dispersée, le corps s’adapte à elle, ce qui peut avoir des répercussions néfastes sur tout l’organisme.

Petit à petit, F.M. Alexander mit au point les fondements de sa méthode, appelée la Technique Alexander. Celle-ci invite au développement de l’attention aux comportements qui risquent de nuire à la coordination naturelle de l’organisme et préconise le remplacement de l’action automatique par une action différée, plus consciente et plus appropriée.

Photographies : Eadweard Muybridge

Observez la corrélation entre le sommet de la tête, le cou et le bas du dos de la petite fille. Ils forment une unité et sont en relation dynamique quelle que soit sa position. La fillette bouge tout son corps sans effort, avec souplesse et légèreté. C’est ce que vous pouvez voir chez tous les petits enfants.

 

 

Technique F.M. Alexander®

En revanche, chez cette femme adulte, l’unité entre le sommet du crâne et le bas du dos est mise à mal : elle porte l’enfant avec sa nuque et le haut de son dos, ce qui génère beaucoup de pressions inutiles sur ses cervicales et dans toute sa colonne vertébrale.